Google+ Badge

vendredi 17 octobre 2014

S.n.e (SociĂ©tĂ© nationale d’Ă©lectricitĂ©) : Des perturbations d’Ă©lectricitĂ© annoncĂ©es Ă  Brazzaville et Pointe-Noire

Photo : Léon Armand Ibovi.

Lors d’un point de presse tenu, à Brazzaville, lundi 13 octobre 2014, Léon Armand Ibovi, directeur général adjoint de la S.n.e (Société nationale d’électricité), chargé de la production et du transport, a annoncé des perturbations dans la fourniture d’électricité, à compter du 14 octobre 2014. Ces perturbations sont la conséquence des travaux de révision générale de la deuxième turbine de la C.e.c (Centrale électrique du Congo), située à Pointe-Noire. Et, les villes de Brazzaville et Pointe-Noire connaîtront des délestages dans la fourniture d’électricité. 

Selon Léon Armand Ibovi, les travaux de révision générale de la deuxième turbine de la C.e.c sont lancés sur recommandations du constructeur qui prescrivait leur révision après 33 mille heures de fonctionnement. Ces travaux prendront fin, le 7 décembre prochain, soit une durée de 51 jours environ. Les turbines de cette centrale doivent être révisées, afin de les garder en bon état. «La première turbine a été révisée du 5 mai au 17 juillet dernier. La révision de la deuxième turbine est dictée par des raisons météorologiques, avec des débits favorables sur les cours d’eau où sont construits les barrages de Moukoukoulou et d’Imboulou. Ils sont opérés aussi en tenant compte de la période de fin d’année», a-t-il dit.

La période du retrait de l’exploitation de cette turbine, a-t-il fait savoir, pourrait se traduire par un déficit de production d’électricité de 150 mégawatts, avec pour conséquences, les délestages pendant les heures de pointe, notamment en soirée, à Brazzaville et à Pointe-Noire.

D’après Léon Armand Ibovi, la direction générale de la S.n.e a pris des dispositions particulières, notamment des mesures palliatives, avec toutes les conséquences financières que cela engendre, en vue de faire face à cette situation: «La S.n.e va se sacrifier pour ses clients, pour mettre à contribution la C.t.b (Centrale thermique de Brazzaville), pendant la phase des travaux. Je rassure que des dispositions particulières seront prises, afin de minimiser l’incidence desdits travaux sur la fourniture de l’électricité.

Pendant l’indisponibilité de la turbine Gt2, la production attendue des centrales se présente comme suit: Imboulou 85 Mw à 105 Mw, en utilisant la retenue, le cas échéant, pendant deux heures; Moukoukoulou 50 Mw et la C.e.c, 140 Mw. Soit un total de 275 Mw à 295 Mw. Le déficit de production attendu pourra varier entre 42 Mw ou 62 Mw, tout en espérant que les débits des cours d’eau seront suffisants à Moukoukoulou et Imboulou, à partir du mois d’octobre». 

Pour conclure, le directeur général adjoint de la S.n.e a présenté les excuses aux clients de sa société, pour le désagrément que cette opération pourrait causer. Léon Armand Ibovi les a invités à avoir une consommation modérée de l’électricité (par exemple, éteindre les ampoules, lorsqu’elles ne sont pas utilisées), pour conjurer cette période critique et éviter les délestages drastiques: «Lors du déroulement des travaux, la société perdra une production de 150 Mw.

Cependant,  la S.n.e est en pleine étude pour installer des horloges de surveillance qui permettront de détecter des délestages des voies publiques, pendant la période des travaux», a-t-il rassuré.

Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire