Google+ Badge

vendredi 30 mai 2014

I.f.c (Institut français du Congo) de Brazzaville : Vingt-deux artistes exposent leur vision du nombre d’or

Photo : Mme Lamarque, Jean-Pierre Vidon et Rémy Mongo-Etsion, devant l’oeuvre de l’artiste primée par le jury.

Du 19 mai au 20 juin 2014, le hall de l’I.f.c (Institut français du Congo) de Brazzaville sert de cadre à une exposition consacrée au nombre d’or. C’est l’ambassadeur de France au Congo, Jean-Pierre Vidon, qui a inauguré cette exhibition à laquelle prennent part vingt-deux artistes qui présentent, chacun, une oeuvre. C’était en présence d’une centaine d’invités. A cette occasion, le diplomate français a félicité les artistes exposants.

Mme Claire Lamarque, à l’origine de cette exposition, a été mise à l’honneur, pour son appui aux jeunes créateurs congolais, durant son séjour.Jean-Pierre Vidon a, par ailleurs, annoncé l’œuvre choisie par le jury, intitulée: «Elle dans sa cage dorée», de l’artiste plasticien congolais Rémy Mongo-Etsion. Enfin, il a invité tous les spectateurs à l’I.f.c, samedi 24 mai, à 10 heures, à la conférence à deux voix relative à cette thématique du nombre d’or qu’ont donnée MM. Nocolo Tassoni Estense, ambassadeur d’Italie au Congo, et Jannick Trunkenwald, enseignant de mathématiques au lycée français Saint-Exupéry, organisateur du concours de mathématiques «Mathabrazza», dont les résultats ont été dévoilés, le mardi 6 mai 2014, dans la salle Savorgnan De Brazza de l’I.f.c de Brazzaville.

Signalons que les vingt-deux œuvres à l’honneur à l’Institut français du Congo mêlent peintures abstraites ou figuratives, sculptures, maquettes, pendules, et photographies.

Par Jrang An@go.

mardi 13 mai 2014

Ministère du développement industriel et de la promotion du secteur privé : Isidore Mvouba a visité le complexe industriel Ragec, au Nord de Brazzaville

Photo : Le ministe d’Etat Mvouba et Samy-EI-Sahely.

Le ministre d’Etat Isidore Mvouba, ministre du développement industriel et de la promotion du secteur privé, a visité, vendredi 2 mai 2014, l’usine de la société agro-alimentaire Ragec (Rafraichissants, glaces et eau du Congo), située à Djiri-Manianga, à 15 Kms au Nord de Brazzaville, sur l’avenue Obia Gaston, dans le 9ème arrondissement Djiri.

Accompagné d’une forte délégation, le ministre du développement industriel et de la promotion du secteur privé a été accueilli par Samy-EI-Sahely, directeur général et actionnaire de cette société qui a réalisé un chiffre d’affaires de 14 milliards de francs Cfa, en 2013, alors qu’en 2004, deux ans après son lancement, elle n’avait fait que 167 millions de francs Cfa de chiffres d’affaires. Ce qui témoigne de la persévérance de ses actionnaires.

Société anonyme au capital de dix millions de francs Cfa, Ragec emploie plus de 784 personnes de façon directe et met, aujourd’hui, sur le marché congolais, une gamme variée de rafraichissants (jus plats et gazeux), glaces sucrées et sèches, eau minérale (Cristal) et aromatisées (Bubble Up Soda). Elle produit aussi, depuis 2011, le Co2 dans la région et les marques American Cola, Planet Orange, etc. En 2013, elle a signé un contrat qui lui permet d’embouteiller les marques internationales Reactor, Tangawis, Tempico et Orangina. Depuis 2005, Vita jus sort également de sa chaîne. Aujourd’hui, Ragec envisage la production des yaourts et laits liquides; les chips et popcorns, les biscuiteries, etc. 

La visite du ministre d’Etat Mvouba s’inscrit dans l’optique de la politique du président Denis Sassou Nguesso qui entend accompagner et soutenir toute initiative privée susceptible de contribuer au développement du Congo. Au terme de sa visite de travail, il a donné ses impressions: «Ragec s’est beaucoup diversifié, au grand bonheur de notre industrie. Démarré avec 45 bonhommes, Ragec emploie, aujourd’hui, 784 personnes, ici, qui travaillent et qui sont, pour la plupart, des Congolais.

Avec un chiffre d’affaires qui a grimpé, qui est, aujourd’hui, de 14 milliards de francs Cfa, alors qu’il n’a démarré qu’avec 167 millions de francs Cfa. C’est donc une entreprise qui marche, qui s’est beaucoup diversifiée, qui est aujourd’hui dans l’agro-industrie, alors qu’elle a commencé avec de l’eau minérale, aujourd’hui, elle produit différentes boissons gazeuses que vous connaissez. Donc, c’est une entreprise exemplaire et nous, en tant qu’Etat, nous sommes tenus de l’aider».

Par Jrang An@go.