Google+ Badge

dimanche 29 décembre 2013

Parlement : Le budget de l’Etat exercice 2014 adoptĂ© par les deux chambres

Photo : Justin Koumba.

Les deux chambres du parlement congolais ont adopté, au cours de séances plénières relatives à leurs sessions extraordinaires respectives, le projet de loi de finances exercice 2014, arrêté, en recettes, à la somme de 4.152.920.000.000 de francs Cfa et, en dépenses, à 3.141.878.190.000 francs Cfa. Le 21 décembre, c’était, d’abord, l’assemblée nationale qui examiné et voté cette loi, en plénière, sous la direction de Justin Koumba, son président. Le 24 décembre, c’était au tour du sénat, sous le patronage de son président, André Obami-Itou.

Devant chaque chambre, le ministre d’Etat Gilbert Ondongo, ministre de l’économie, des finances, du plan, du portefeuille public et de l’intégration, a défendu son projet de budget, en présence de Léon Raphaël Mokoko, ministre délégué au plan et à l’intégration. C’est le budget le plus important, en termes de masse financière, que le Congo n’a jamais eu.

Le budget de l’Etat exercice 2014 est élaboré, en se fendant sur les hypothèses d’une croissance largement au-dessus de 10%. «Hypothèse réaliste qui pourrait être révisé, à la hausse, au cas où les deux gisements de fer de Nabemba et d’Avima, dans la Sangha, entreront en production», ont estimé les membres de la commission économie et finances de l’assemblée nationale, que dirige le député Maurice Mavoungou. Au sénat, c’est Nicéphore Fylla Saint-Eudes, président de la commission économie et finances qui a fait la présentation du projet de loi financière.

Les principales priorités de ce budget sont: l’éducation, l’équipement du territoire en infrastructures, l’intensification de l’industrialisation du pays, etc. Il a un excédent de 1.053.541.810.000 de francs Cfa.

Selon la commission économie et finances de l’assemblée nationale, l’essentiel des ressources budgétaires, en 2014, sera consacré à la mise en œuvre des programmes et actions relevant des priorités. Les prévisions budgétaires se présentent, en recettes et en dépenses, comme suit: - ressources internes: 3.484.120.000.000 de francs Cfa;
 - ressources pétrolières: production prévisionnelle des hydrocarbures: 98 millions de barils, le prix du baril de brent congolais est projeté à 95 dollars américains.  La part du pétrole brut revenant à l’Etat congolais est estimée à 52,87% de la production totale. Le taux moyen d’échange d’un dollar est de 500 francs Cfa. Les recettes pétrolières totales seront de l’ordre de 2.505 milliards, en 2014. Les recettes fiscales atteindront, quant à elles, 962.500.000.000 francs Cfa, alors que les recettes douanières seront de 250 milliards de francs Cfa.

Les ressources externes, quant à elles, atteindront 648, 800 milliards de francs Cfa. Les emprunts concernent, essentiellement, des prêts de la Chine, la part de prêt de l’accord de partenariat stratégique, etc. Ils seront de 466, 525 milliards de francs Cfa. Les dons proviendront, principalement, des fonds P.p.t.e, de la Chine, de l’Union européenne, et de la Banque mondiale, soit 182, 275 milliards de francs Cfa.Les dépenses de fonctionnement concernent la masse salariale qui passera de 270 milliards, en 2013, à 324 milliards, en 2014, soit 20% d’augmentation. De même, les dépenses des biens et services augmenteront à 323 milliards 109 millions de francs Cfa. Les transferts et interventions directes de l’Etat passeront de 366 milliards 765 millions de francs, en 2013, à 377 milliards 883 millions de francs Cfa, en 2014.

Par ailleurs, les dépenses de l’Etat hors dette publique ne devraient croître que de 1002 milliards de francs Cfa à 1025 milliards de francs Cfa. Les ressources disponibles pour l’investissement sont de 1991 milliards de francs Cfa.

Conscients du fait que les sociétés pétrolières ne payent pas l’impôt, les membres de la commission économie et finances de l’assemblée nationale ont recommandé aux président des deux chambres du parlement, de procéder à l’audition des dirigeants desdites sociétés, afin d’accroître l’efficacité de la direction générale des impôts et des domaines.

Répondant aux préoccupations des députés qui voulaient en savoir un peu plus sur les recettes et redevances de l’A.r.p.c.e (Agence de régulation des postes et communications électroniques), le ministre d’Etat Gilbert Ondongo a, simplement, retourné la question. «C’est à moi de vous poser la question, pace que c’est vous qui avez voté la loi qui crée l’A.r.p.c.e. C’est vous qui avez décidé d’attribuer toutes les recettes et redevances à l’A.r.p.c.e. J’ai fait une proposition pour que les choses changent, vous avez refusé. Aujourd’hui, je constate, avec bonheur, que les députés évoluent, en discutant avec l’A.r.p.c.e, pour reconsidérer de partager les recettes. J’applaudis, mais si vous avez quelques doutes, c’est à vous de changer la loi», a-t-il dit.

Où passe l’argent du bois? A ce propos, le ministre des finances a indiqué que les recettes du bois sont intégrées dans les recettes des impôts, parce que cette direction s’appelle direction générale des impôts et des domaines. «Elles seront de l’ordre de 4 milliards de francs Cfa. On devrait donc sortir de la légende comme quoi, le bois est la deuxième source de richesse nationale», a affirmé Gilbert Ondongo, qui a indiqué que depuis 2005, le budget de l’Etat réalise des excédents. Signalons que les deux chambres ont clos leurs sessions extraordinaires, les 24 et 27 décembre 2013.

Par Jrang An@go.

jeudi 19 décembre 2013

DeuxiĂšme Ă©dition de la foire de l’emploi et des mĂ©tiers du Congo : Susciter l’engouement des jeunes Ă  apprendre un mĂ©tier

Photo : Paule Sassou Nguesso, Serge-Blaise Zoniaba et Jennifer Lucie Nguesso

C’est sur le thème: «Entrepreneuriat, facteur de développement» que s’est tenue, du 11 au 13 décembre 2013, à la Grande bibliothèque universitaire de Brazzaville,   la deuxième édition de la Femco (Foire de l’emploi et des métiers du Congo).

Organisée par Class’ Expo, une agence spécialisée dans l’évènementiel et la communication institutionnelle des structures publiques et privées que dirige Mme Jennifer Lucie Nguesso, sous l’égide du Ministère de l’enseignement technique, professionnel et de la formation qualifiante, en collaboration avec de nombreux partenaires, cette deuxième édition de la Femco, qui a connu la participation des responsables d’entreprises..., des promoteurs et des demandeurs d’emplois en majorité des étudiants, s’est déroulée à travers des ateliers pratiques et des exposés, pour la maîtrise des outils techniques à la recherche d’emploi.

A l’ouverture présidée par Serge Blaise Zoniaba, ministre de l’enseignement technique, professionnel et de la formation qualifiante, une jeune femme, productrice de poisson fumé au port de Pointe-Noire, a fait un témoignage sur son travail. Dans son allocution, la présidente du conseil d’administration de Class’ Expo, Mme Jennifer Lucie Nguesso, a indiqué que la question du chômage et de l’emploi des jeunes préoccupent les pouvoirs publics. C’est pourquoi, à travers l’initiative de son agence, les jeunes trouvent l’occasion d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur la nécessité de créer des emplois dans le pays. La foire est aussi pour susciter l’engouement des jeunes à apprendre un métier. Près de 1200 personnes se sont inscrites sur les listes pour participer à la foire, tandis que dix-huit entreprises ont exposé leurs produits. 

La Femco est une initiative citoyenne d’intérêt général destinée à aborder, de manière globale, pragmatique et collective, l’ensemble de la problématique liée à la lutte contre le chômage en milieu jeune en République du Congo.

Le ministre Zoniaba a estimé que l’initiative de Class’ Expo est à encourager, dans la mesure où elle permet aux promoteurs d’entreprises et aux demandeurs d’emplois de s’asseoir sur une même table, afin de réfléchir sur la question du chômage qui gangrène la société congolaise. C’est pourquoi, l’Etat restera toujours aux côtés de la société civile, pour soutenir ce genre d’initiative, afin de lutter contre le chômage. 

Prélude à l’organisation de cette deuxième édition de la Femco, Mme Jennifer Lucie Nguesso, présidente du conseil d’administration, a animé une conférence de presse, vendredi 6 décembre 2013, en présence de Mme Paule Sassou Nguesso, directrice générale de Class’ Expo, pour informer l’opinion nationale sur les enjeux de cette deuxième édition.

Signalons que la société de téléphonie mobile M.t.n Congo était le partenaire officiel de la deuxième édition de la Femco.

Par Jrang An@go.

jeudi 12 décembre 2013

DĂ©partement du Pool : Des promoteurs d’entreprises Ă©difiĂ©s sur les opportunitĂ©s d’investissement et de concrĂ©tisation des projets

Photo : Mme Yvonne Adélaïde Mougany saluant les chefs des quartiers

La direction générale des petites et moyennes entreprises a organisé, du 5 au 6 décembre 2013, à Kinkala, chef-lieu du département du Pool, un atelier d’information et de sensibilisation sur la promotion de l’entrepreneuriat. En vue de susciter l’engouement des populations de ce département qui regorge d’indéniables ressources naturelles, à créer des entreprises, afin de lutter contre le chômage en milieu jeune.

Les travaux de cet atelier qui se sont déroulés dans la salle de conférences de l’hôtel du conseil départemental, ont été placés sous les auspices de Mme Yvonne Adélaïde Mougany, ministre des petites, moyennes entreprises et de l’artisanat. En présence du préfet du département du Pool, Jean Michel Shanga, du président du conseil départemental, Fidèle Kandza, de l’administrateur-maire de la communauté urbaine de Kinkala, Mme Marie Bernadine Malonga. 

A l’ouverture des travaux, Mme Yvonne Adélaïde Mougany a rappelé que le département du Pool regorge d’indéniables potentialités qu’il faille revaloriser et que cet atelier rentre dans le cadre du programme d’activités du Ministère des petites, moyennes entreprises et de l’artisanat, pour un développement économique de proximité. «En effet, le Ministère  s’est fixé deux objectifs principaux, à savoir: stimuler l’esprit d’entreprise et promouvoir la formation sur la gestion d’une entreprise, en vue de faciliter l’accès au marché public. Pour ce faire, un Fonds de garantie et de soutien aux petites et moyennes entreprises a été mis en place, en partenariat avec Sofidé, une micro finance de première catégorie et la Banque mondiale, en vue d’aider et de soutenir tous les promoteurs d’entreprises», a précisé Mme Mougany.

Avant d’attirer l’attention des participants sur les différentes opportunités qu’offrent cet atelier, à travers la mise en œuvre de diverses activités, notamment, l’entretien, la maintenance, la surveillance, la décoration, l’ameublement, l’agro-business, la logistique, le transport, les mines, le bâtiment, l’hôtellerie et la restauration, lorsqu’on sait que le département du Pool a subi les travaux de la municipalisation accélérée et qu’il faille protéger les différents ouvrages réalisés à cette occasion. Aussi, elle n’a pas manqué d’encourager tous les promoteurs à avoir une bonne manière de bien rédiger les projets, afin qu’ils soient financés par les partenaires.

Au cours de cet atelier qui a duré deux jours, les participants, venus de tous les districts du département, notamment ceux exerçant une activité productive génératrice de revenu ou ceux ayant des projets de création d’entreprises, ont été édifiés sur différents thèmes se rapportant sur l’entrepreneuriat :
«Les opportunités d’investissements dans le département du Pool et choix d’un créneau porteur», présenté par Médard Yetela, chef d’antenne du C.f.e (Centre de formalités des entreprises) à Brazzaville;
«Processus de concrétisation d’une idée de projet», exposé par M. Auguste Batangouna, directeur général des petites et moyennes entreprises;
«Etude de cas d’un projet réussi dans le département du Pool, dans le domaine agropastoral ou de la pisciculture», animé par MM. Jean-Jacques Bakala et Guy Gilbert Gnanga, à travers un témoignage d’un membre du conseil d’administration d’une coopérative agropastorale située à Kiazi, à 6 Km du district de Louingui, et  créée il y a 34 ans; «Fondamentaux de la gestion, en vue de la pérennisation d’un projet», présenté par Marcel Nkoudi, directeur de la promotion au Centre de formalités des entreprises;
«Dispositif d’appui et d’accompagnement», par Manassé Kanquaye Kanyi, conseiller administratif et juridique. 

La modération des différents thèmes développés au cours de cet atelier était assurée par M. Armand Bienvenu Vouidibio, directeur de cabinet de Mme la ministre des petites, moyennes entreprises et de l’artisanat. 

Au terme desdits travaux, les participants, une cinquantaine environ, ont salué l’initiative du Ministère des petites, moyennes entreprise et de l’artisanat d’organiser cet atelier, qui a permis aux uns et aux autres d’être informés sur les opportunités de création d’entreprises pour le bien-être des populations du Pool.  

Clôturant les travaux, Mme Yvonne Adélaïde Mougany s’est réjouie de la bonne qualité des exposés sur divers thèmes développés par les cadres du département dont elle a la charge et des débats qui s’en est suivi, afin que chaque citoyen vivant dans le Pool s’imprègne des notions de l’entrepreneuriat. 

Par Jrang An@go.