Google+ Badge

jeudi 21 novembre 2013

D.g.d.d.i (Direction générale des douanes et droits indirects) : Les inspecteurs de douane instruits sur le systÚme harmonisé de désignation et de codification des marchandises

Photo : Remise des certificats aux participants à la fin des travaux.

La Direction générale des douanes et droits indirects, en partenariat avec l’O.m.d (Organisation mondiale des douanes), avec l’appui du Fonds euro-douane, a organisé, à l’hôtel  Marina, à Brazzaville, du 11 au 15 novembre 2013, un atelier national sur le système harmonisé de désignation et de codification des marchandises. Ouverts par Emmanuel Ndinga, directeur des enquêtes douanières,  en présence de Narcisse Milandou, directeur de la réglementation et du contentieux, Iloki Egonzo, directeur de la surveillance douanière, Patrick Joffre et Adama Nana, tous deux  experts de l’O.m.d, conférenciers de l’atelier, les travaux, qui ont regroupé une trentaine d’inspecteurs douaniers, avaient pour but de renforcer les capacités des Inspecteurs de douane, pour accompagner l’administration douanière dans le processus de réalisation des réformes.

L’atelier, sanctionné par la remise des certificats de participation aux séminaristes, a été clôturé par Jean-Alfred Onanga, Directeur général des douanes et  droits indirects, qui a relevé l’importance de cette formation.

Pendant cinq jours, les Inspecteurs des douanes ont été édifiés sur le système harmonisé de désignation et de codification des marchandises. La formation était  axée sur plusieurs thèmes inhérents au système harmonisé. A la lumière des débats, les participants ont bien saisi le rôle du système harmonisé comme étant l’épine dorsale de l’O.m.d.

Le système harmonisé constitue aussi l’un des instruments phares dont le succès est conforté par une reconnaissance et une mise en œuvre à grande échelle de la part des pays membres de l’O.m.d. C’est ainsi qu’à la fin de l’atelier, au regard de l’importance du sujet, les participants ont adressé une motion de soutien aux autorités du pays et aux responsables de l’Administration douanière, pour avoir organisé cette formation de renforcement des capacités des Inspecteurs des douanes.

Au nom des experts, Patrick Joffre, a expliqué l’importance de cette formation: «A l’heure actuelle, sur les 179 membres de l’O.m.d, 148 sont parties contractantes et la République du Congo a mis en œuvre, également, la version de 2012 du système harmonisé en avril 2013. Pour consolider l’utilisation de ce système harmonisé, l’O.m.d a, également, mis au point des directives concernant la mise en œuvre des recommandations du conseil relatives à l’amélioration des travaux des classements tarifaires et des infrastructures connexes et à l’introduction des programmes des renseignements contraignants sur les classements des marchandises avant la déclaration. C’est la raison pour laquelle ce séminaire s’est articulé autour de deux axes, d’abord un aspect technique très classique, qui a consisté à l’examen des structures du système harmonisé et des amendements de 2012. Le deuxième volet a porté sur l’aspect organisationnel qui est très important. Effectivement, ce qui manque  pour le moment au Congo, ce sont des spécialistes identifiés en matière du système harmonisé. D’où la tenue de cet atelier  pour améliorer la situation afin de surmonter cette difficulté».

L’Administration des douanes congolaises ne disposait pas encore de spécialistes en système harmonisé de désignation et de codification des marchandises. C’est pourquoi la Direction générale des douanes et droits indirects a décidé de surmonter ce handicap, par une formation permanente des formateurs, qui s’est fixé le cap de la modernisation de cette administration. Le système harmonisé étant l’un des outils les plus puissants de l’O.m.d, elle a organisé un séminaire pour permettre à ses inspecteurs de se spécialiser sur ce système.

A l’ouverture des travaux, Emmanuel Ndinga a rappelé que «pour les besoins de l’histoire, les migrations du système harmonisé se font tous les cinq ans. Or, l’Administration des douanes congolaises a manqué à un rendez-vous: celui de 2007. Ainsi, le Congo est passé de la version du système harmonisé 2002 à la version 2012, en  avril 2013. Pour cela, les cadres doivent s’approprier, de manière effective, les évolutions entraînées aussi bien par les versions 2007 que par celles de 2012. C’est pourquoi nous comptons sur l’expérience et le savoir-faire avérés des experts de l’O.m.d, pour partager le meilleur d’eux-mêmes dans la formation qu’ils vont donner aux participants au séminaire».

Clôturant les travaux, Jean-Alfred Onanga a expliqué la portée de l’atelier pour les Douanes congolaises: «Il est important de rappeler que ce séminaire visait la formation des spécialistes douaniers en système harmonisé de codification des marchandises, car notre Administration en accusait un déficit notoire. Je ne doute pas de l’expertise des formateurs de l’O.m.d qui, je l’espère, a rencontré des intelligences réceptives, pour enfin corriger ce handicap. C’est ici l’occasion de leur renouveler ma sincère gratitude. Cette formation vous a certainement édifiés sur l’importance de la maîtrise du système harmonisé, qui est du reste un des outils les plus performants de l’O.m.d.

Vous venez ainsi de bénéficier du renforcement de vos capacités dans un domaine où l’application de vos nouvelles connaissances sur le terrain doit être constatée. Votre capacité d’adaptation à l’utilisation de cet outil précieux de l’O.m.d marquera le changement et contribuera efficacement à la réalisation du processus de modernisation de notre administration».

Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire