Google+ Badge

jeudi 10 octobre 2013

JournĂ©e mondiale du tourisme : L’eau au cƓur des prĂ©occupations de l’industrie touristique Ă  travers le monde

Photo : Josué-Rodrigue Ngouonimba.

«Le tourisme et l’eau: protéger notre avenir commun», tel est le thème de la 34ème journée mondiale du tourisme, célébrée le 27 septembre 2013, à l’initiative de l’O.m.t (Organisation mondiale du tourisme), sous le sceau des Nations unies, depuis le début des années 80. Le thème de cette journée, cette année, rentre dans le droit fil de l’année internationale de la coopération dans le domaine de l’eau, proclamée par les Nations unies pour 2013.

A Brazzaville, le Ministère du tourisme et de l’environnement a organisé une série d’activités pour commémorer cette journée, sous le patronage de Josué-Rodrigue Ngouonimba, ministre du tourisme et de l’environnement.

Le respect de l’environnement. Voilà ce qu’a voulu rappeler la communauté internationale, à l’occasion de la journée mondiale du tourisme. «J’exhorte les établissements touristiques à réduire leur consommation et à améliorer la gestion des déchets, et j’invite les particuliers à apporter leur contribution, en faisant des choix respectueux de l’environnement, lorsqu’ils voyagent», a dit Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’Onu, le 27 septembre dernier. Au Congo, pays qui a fait l’effort de débarrasser ses villes des sacs en plastique qui les polluaient, le thème de la journée mondiale du tourisme a donné lieu à plusieurs activités, comme l’organisation d’un focus et d’une course de piroguiers.

En effet, cette journée est l’occasion exceptionnelle pour mieux faire connaître le rôle du tourisme dans l’accès à l’eau et mettre en relief la contribution du secteur à un avenir plus durable en ce qui concerne l’eau. Ainsi donc, du 27 au 28 septembre 2013, le Ministère du tourisme et de l’environnement a organisé une course de piroguiers sur le fleuve Congo, un focus au Centre d’information des Nations unies et un jeu-concours des pêcheurs à Kintélé. Ce sont les groupes tradi-modernes. «Les Moyes authentiques» et «Ngoulaya-Obéitan» qui ont assuré l’animation. Des prix ont été décernés aux lauréats. Le message du ministre du tourisme et de l’environnement relatif à cet événement a été le clou de la commémoration de cette journée. 

Dans le message qu’il a prononcé, à l’occasion de cette journée, le ministre Ngouonimba a exhorté la population à faire de l’économie de l’eau, «notre priorité à tous, car l’eau, c’est la source de nos vies et le fondement de nos  activités».

Chaque année, la communauté internationale célèbre, le 27 septembre, la journée mondiale du tourisme, instituée par les pays membres de l’Organisation mondiale du tourisme, pour mieux faire percevoir, à la communauté internationale, l’importance que revêt le tourisme sur le plan social, culturel et économique. En relation avec la résolution des Nations unies qui a proclamé «2013, année internationale des Nations unies dans le domaine de l’eau, la journée est commémorée cette année sous le thème: «Le tourisme et l’eau: protéger notre avenir commun», «cette 34ème journée mondiale s’articule autour du rôle du tourisme dans l’accès à l’eau et met en lumière la responsabilité qui incombe à l’industrie du tourisme de préserver l’eau et de la gérer intelligemment, de manière durable», a indiqué le ministre du tourisme.

Il a, par ailleurs, mis en exergue les atouts de l’eau pour l’activité touristique. En effet, l’eau est l’une des premières ressources largement utilisée dans le tourisme. «L’eau séduit, attire et fascine: c’est un facteur d’attrait touristique...», a déclaré le ministre Ngouonimba.

Au Congo, le niveau de l’activité touristique a encore moins d’impact sur l’environnement et ses ressources biologiques. C’est pourquoi, le gouvernement encourage, d’ailleurs, toutes formes de tourisme durable, fondées sur l’utilisation rationnelle des ressources naturelles. «Ce tourisme respectueux de l’environnement est la seule forme de tourisme qui rentabilise l’exploitation de nos ressources biologiques, tout en les protégeant.

Il faut contribuer également à lutter contre la pauvreté», a-t-il dit. Même si cela n’a pas été dit, dans notre pays, le problème crucial demeure l’adduction d’eau potable, surtout dans les villes où des quartiers demeurent des jours, des mois, voire des années, sans que l’eau ne coule de leurs robinets. Une situation qui préoccupe le gouvernement, mais dont les solutions sont trop lentes. Espérons que la journée mondiale du tourisme a été l’occasion de rappeler cela aux gouvernants.

Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire