Google+ Badge

vendredi 20 septembre 2013

Australie : Le Congo Ă  l’honneur, Ă  la confĂ©rence internationale sur l’industrie miniĂšre «Africa down under»

Photo : Le staff de la société Equatorial Ressources Ltd.

Comme chaque année depuis dix ans, la conférence internationale sur l’industrie minière «Africa down under» s’est tenue dans la ville australienne de Perth, du 28 au 30 août 2013. Le Congo y était à l’honneur, à travers les deux sociétés minières dont les projets sont à maturité. Il s’agit de Congo Mining, présente par le biais de sa maison mère, la société australienne Equatorial Ressources Ltd, tout comme Congo Iron était présente à travers sa société mère, Sundance Ressources Ltd.

Les deux sociétés ont tenu des stands lors de la conférence et présenté leurs projets en cours au Congo. Le Ministère de la Géologie et des Mines y étaient représenté par M. Freddy Itoua-Gamporo, Chef de service de la Coopération au Cabinet du Ministre des mines, et M. Fiacre Urbain Opo, géologue et Attaché au Conseiller aux mines du Ministre.

Comptant parmi l’un des plus importants événements de l’industrie minière internationale axée sur l’Afrique, le rendez-vous de cette année a drainé une grande participation de délégués venus de plusieurs pays à travers le monde, ce qui traduit  la forte confiance de l’industrie dans l’avenir du secteur minier en Afrique.

M. John Welborn, Président Directeur Général de Congo Mining, y a fait une communication pour présenter les deux projets que réalise Congo Mining, notamment le projet d’exploitation de fer Mayoko-Moussondji, dans le département du Niari, et le projet Badondo, dans le département de la Sangha. Mettant l’accent, à travers des images et des commentaires, sur la volonté du Président de la République, Son Excellence Denis Sassou Nguesso et de son Gouvernement, dans la construction des infrastructures de base, M. John Welborn a montré comment le pays est en train de se transformer, avec comme résultat l’amélioration des conditions de réalisation des projets comme ceux de sa société.

Il a loué le cadre juridique établi à partir de 2005, par le Gouvernement, à travers le Ministre des Mines et de la Géologie, M. Pierre Oba, notamment le Code des mines qui simplifie les procédures administratives dans l’acquisition de titres miniers, avec des modalités fiscales favorables pour les sociétés minières. Ce qui exerce un grand attrait sur les investissements directs étrangers dans le pays. Aujourd’hui, 102 permis de recherches ont été attribués à 53 sociétés. Les grandes sociétés minières investissent aujourd’hui en République du Congo, grâce à un contexte national encourageant. En cherchant à développer le secteur minier, le Gouvernement met l’accent sur la création d’emplois et le développement des infrastructures de base.

Le PDG de Congo Mining a ensuite présenté Mayoko-Moussondji, un projet qui représente une mine aux ressources totales de 767 millions de tonnes avec une teneur de 31,9% de fer, incluant des ressources d’hématite (dure et légère) de 101,8 millions de tonnes avec une teneur en fer de 40,6%. Selon l’étude technique, réalisée par la société «Worley Parsons», la production initiale de ce projet s’élève à deux millions de tonnes par an, pour une durée initiale de 23 ans. 

Parlant de la responsabilité sociétale, M. John Welborn a indiqué que sa société s’est engagée à respecter le standard le plus élevé de la responsabilité sociétale et de développement durable dans la réalisation de ce projet. Elle a soumis au Gouvernement de la République, en 2010, une charte de développement durable, après les études d’impact sur l’environnement réalisé avec la participation des consultants locaux.

La communication de M. John Welborn a porté aussi sur le Projet Badondo, dont les premières recherches, à travers une campagne de forages exploratoires, démarrée au deuxième semestre de 2012, sont très prometteuses.Signalons que pendant la conférence, la délégation congolaise a visité le «Head Quarter», (siège) de la société Equatorial Ressources Ltd.

De retour à Brazzaville, dans le souci de faire avancer le projet et respecter les délais retenus, une équipe technique, composée des techniciens de la société «Worley and Parson» spécialisés dans les infrastructures minières et qui est partenaire de Congo Mining, a eu une séance de travail avec le CFCO (Chemin de Fer Congo-Océan) et le PAPN (Port Autonome de Pointe-Noire) sur l’utilisation des infrastructures ferroviaires et portuaires existantes. 

Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire