Google+ Badge

mercredi 15 mai 2013

Élevage : 502 nouvelles têtes de bœufs acquises par l'État congolais

Photo : Les bœufs au parc de Quarantaine.

Les bœufs gras de 100 à 120 kg issus de la race de Ndama, achetés en République démocratique du Congo, seront distribués aux centres d'appui technique de Boundzi (Cuvette), de Diesse (Bouendza) et de Mindouli (Pool), en vue d'organiser leur reproduction

L'objectif visé par cette opération de métayage bovin, est de mettre ces bêtes, après leur maturité, à la disposition des éleveurs au titre du crédit bétail afin de leur permettre de créer leur propre élevage.

Le ministre de l'Agriculture et de l'Élevage, Rigobert Maboundou, l'a annoncé le 14 mai, à l'issue d'une visite effectuée au parc de Quarantaine, à Loufoula, situé à environ 40 km de Brazzaville. « Nous sommes venus regarder ces bêtes dont la quarantaine est terminée. À compter de la semaine prochaine nous allons les distribuer à travers les trois centres d'appui technique pour que nous puissions encore en recevoir d'autres. Car nous avons reçu encore 502 têtes sur les 800 prévus », a déclaré le ministre.

En outre, c'est après cinq ou six ans, que le ministère de tutelle récupère auprès des éleveurs les animaux avec un surplus afin de pérenniser l'opération mais également d'aider d'autres nourrisseurs.

Pour restaurer effectivement l'élevage de bovins en République du Congo, il faudrait disposer d'au moins un million de bêtes au bénéfice des opérateurs agro-pastoraux. « Bien que nous soyons passés de dix mille à trente mille têtes de bœufs, la tendance n'est pas encore importante pour affronter la demande en protéine animale, qui ne cesse de croître, surtout en milieu jeune », a souligné Rigobert Maboundou.

Par ailleurs, justifiant le choix de la race des bœufs achetés, l'opérateur de ce projet, Bruno Okombi, a précisé que celle-ci résistait aux maladies et s'adaptait facilement au changement climatique.

Enfin, notons que dans le budget 2013, il est prévu dans le cadre de la politique de la relance de l'élevage de bovin initiée par le ministère de tutelle, l'ouverture d'un autre centre de bovins à Massangui. L'optique est de rapprocher les centres d'appui technique des éleveurs afin de baisser les coûts de transport et de logistique qui demeurent encore très élevés dans ce secteur.

Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire